Les Bonnes Pratiques du Reporting DE DURABILITÉ ​

Le rapport extra-financier, rapport RSE, reporting ESG ou encore appelé rapport de durabilité, est devenu un outil essentiel dans un monde où les entreprises sont de plus en plus scrutées pour leur contribution à l’essor d’une économie durable, d’une société plus équitable et pour leur contribution à la riposte face aux défis environnementaux. Ce processus de communication transparent publié annuellement permet de traduire les engagements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) d’une entreprise, de présenter ses progrès et de fixer ses objectifs futurs en matière de durabilité.​

Le rapport de durabilité permet aussi bien aux parties prenantes externes (fournisseurs, consommateurs, investisseurs, ONG, etc.) de mieux connaître et appréhender les enjeux ESG auxquels leurs partenaires d’affaires sont confrontés qu’aux parties prenantes internes qui ont un rôle prépondérant à jouer dans l’atteinte des objectifs de durabilité de l’entreprise.​

Aujourd’hui, aucune entreprise ne peut sous-estimer l’importance de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE). Les questions de gouvernance, de respect des droits de l’homme, des conditions de travail, de protection de l’environnement, de contribution au développement local, d’éthique des affaires de même que la qualité des relations avec les clients et fournisseurs se placent désormais au cœur des stratégies de croissance des entreprises. Ignorer ces aspects exposerait l’entreprise à une hypothétique survie sur le long terme.​

 Définir des objectifs clairs et mesurables ​

Avant de commencer le processus de reporting, une entreprise doit définir sa stratégie RSE. Des objectifs RSE clairs et mesurables doivent être alignés sur sa mission et ses valeurs. Ils doivent également être spécifiques, mesurables, atteignables, pertinents et temporellement définis (SMART). Cela permettra à l’entreprise de suivre ses progrès de manière efficace et de démontrer son engagement envers la durabilité.​

La collecte de données précises et fiables est fondamentale pour assurer la crédibilité du reporting de durabilité. Un bon rapport  doit être caractérisé par la transparence et doit être le reflet de l’engagement RSE des dirigeants. Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire de mettre en avant des données chiffrées et des actions concrètes comme des preuves tangibles d’une véritable démarche RSE.​

Impliquer les Parties Prenantes en les valorisant​

Les parties prenantes jouent un rôle crucial dans le reporting RSE. Les entreprises doivent les impliquer dès le début du processus, en les consultant sur les questions pertinentes liées aux enjeux ESG et en prenant en compte leurs préoccupations. 

Cette démarche renforce la légitimité et la crédibilité de la démarche RSE de l’entreprise. ​

La transparence est la clé du reporting RSE de qualité. Les entreprises doivent être honnêtes et précises dans la communication de leurs performances. Cela implique l’utilisation de référentiels fiables tels que le Global Reporting Initiative (GRI) ou la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD).

En Bref… 

Le reporting de durabilité ne devrait pas être un exercice isolé, mais plutôt intégré dans la stratégie globale de l’entreprise. Il devrait être aligné sur les objectifs de croissance à long terme de l’entreprise, contribuer à renforcer sa réputation et à réduire les risques, et être un produit à valeur ajoutée pour l’entreprise et ses parties prenantes.​

En suivant ces bonnes pratiques pour la rédaction du reporting RSE, les entreprises peuvent renforcer leur engagement de durabilité et démontrer leur responsabilité envers la société et envers l’environnement. Un reporting RSE transparent, crédible et aligné sur les recommandations internationales est non seulement bénéfique pour l’entreprise qui peut justifier de sa démarche RSE mais est également nécessaire pour renforcer l’intérêt de l’ensemble de ses parties prenantes sur le sujet de la RSE.​